AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 HONEYPOT (JEAMELDA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage


avatar

Imelda Bellini

▸ MESSAGES : 22
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Mer 26 Avr - 15:29

mon être se retrouve allongé sur ce lit trop grand pour y dormir seule la nuit et il ne cesse de faire pleuvoir une pluie de baisers sur mon visage, mon cou, mes clavicules. il embrasse mon corps avec un désir frissonnant et sa main se fraye un chemin sur ma cuisse, la caressant, l'ouvrant lentement. je l'attire donc plus à moi pour pouvoir sentir la peau brûlante de son torse épouser la peau froide de mon ventre et de ma poitrine. le souffle court, il sépare ses lèvres des miennes pour me poser la question. j'hoche la tête puis, lentement, je vais chercher sa main libre pour la faire monter jusqu'à l'attache de mon soutif.

- vous avez toujours ma permission.

n'entendez-vous pas mon corps réclamer à tue-tête le vôtre ? il a envie de sentir vos grandes mains glisser sur ma peau de lait et votre souffle caresser mon cou, mes oreilles, mes paupières.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Jean-Baptiste Liesse

▸ MESSAGES : 21
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Jeu 27 Avr - 0:40

depuis que l'homme est homme, la poitrine et le sexe d'une femme se sont sexualisés jusqu'à en oublier la forme d'un visage, le vaguement de la chevelure, la couleur de l'iris de l'oeil. il est devenu important de se focaliser sur deux parties d'un corps, alors que l'entièreté de l'être est à désirer. savourer le son d'une respiration, être en admiration devant un coeur qui se meurt sous une simple caresse. imelda est plus pour moi qu'une simple femme, presque à nue. dans une invitation, dans un effleurement aussi doux qu'une brise, elle retrouve sa ressemblance avec ève. elle n'avait que les yeux de son adam pour y voir la richesse de sa chair. la cicatrice de son genou illumine ma curiosité. pourquoi un tel intérêt envers une chose si futile ? car derrière toute blessure se cache une histoire, un coeur qui s'est fragilisé. ma langue longe son mal pour se fondre dans sa souffrance de l'époque, pour y retrouver une imelda qui m'est inconnue. je ne cesse de chercher plus, et toujours plus. dans une danse s’imprégnant d'une valse, je touche ses seins.

- imelda ...
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Imelda Bellini

▸ MESSAGES : 22
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Jeu 27 Avr - 2:39

ils sont rares, les hommes qui veulent tout découvrir du corps de leur partenaire. surtout, dès la première relation physique. on ne s'attarde que trop peu aux coupures sur la peau, aux fleuves et rivières des veines bleues, aux grains de beauté formant des constellations sur le corps. on le fait souvent bien plus tard, des mois après avoir aprivoisé l'être avec lequel on construit la relation. jean-baptiste, pour sa part, semble vouloir tout découvrir de moi maintenant. son souffle chaud descend contre ma poitrine, contre mon ventre puis contre ma cuisse, juste là où la peau s'est déchirée et refermée grâce aux talents fe couturière d'une médecin aux urgences de rome. il la trace de sa langue chaleureuse et je lui offre un soupire plaisant qui s'échappe d'entre mes lèvres.

- vous l'aimez ?

rares sont les hommes à qui la cicatrice leur à plu. ma voix se heurte aux murs de ma chambre en un chuchottement et je vais poser mes mains sur les siennes pour qu'elles fondent sur les siennes alors qu'il caresse mes seins dressés sous la passion naissant dans mon bas-ventre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Jean-Baptiste Liesse

▸ MESSAGES : 21
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Ven 28 Avr - 1:50

- elle est une perfection.

se savoir réclamer est une attention particulière, qui caresse l'égo. de pouvoir voir au travers des yeux, la naissance d'un intérêt envers notre propre personne est un sentiment de réconfort. de remarquer le désir d'imelda qu'éprouve en posant son regard sur moi, de ressentir ses pulsions par la simple pression de ses mains sur les miennes, de pouvoir goûter la saveur de ses frissons est un aussi grand plaisir que l'acte en soi. dans un mouvement, je me remets droit sur mes jambes pour ouvrir le pantalon que je porte et le laisse atteindre le sol dans un bruit silencieux. mon sous-vêtement se rejoint à cette rencontre. je ne pourrais deviner ce que pense mademoiselle bellini à cet instant. ce qu'elle pense de ce corps inconnu, celui qui pourrait s'apparenter à celui de son père, à ce corps qui s'est débarrassé de sa jeunesse il y de ça, plusieurs années.

- êtes-vous surprise ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Imelda Bellini

▸ MESSAGES : 22
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Ven 28 Avr - 2:54

ses mots me font sourire. il a aimé cette marque de guerre sur moi plus que n'importe qui et je crois qu'il l'aimera encore beaucoup. du moins, j'espère qu'il aura l'occasion de couvrir à nouveau mon corps de ses millions de baiser. jean-baptiste se redresse pour dévêtir son corps sous mes yeux admiratifs. il ne ressemble à aucun autre homme qui s'est retrouvé dans mon lit. il a quelque chose de majestueux dans ses mouvements, dans la façon dont il se tient devant moi. il est beau et il me demande si je suis surprise. le sourire ne quitte pas mes lèvres et je me redresse moi aussi pour retirer avec lenteur ma culotte que je laisse tomber sur le sol.

- non. je suis admirative.

je vais poser mes lèvres sur les siennes pour lui offrir un baiser langoureux et passionné. je fais glisser mes mains contre son torse, puis sur ses hanches, puis contre ses fesses. tant de douceur dans mes gestes.

- vous êtes comme je me l'attendais. parfait.

dans ses imperfections qui le subliment encore plus.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Jean-Baptiste Liesse

▸ MESSAGES : 21
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Dim 30 Avr - 3:08

l'intimité ne peut être traduite que par deux corps nus. elle se trouve à être plus forte que l'être physique. l'intimité se frôle à l'âme, laisse les secrets se loger près des lèvres, laisse place à une paix d'esprit. à accepter que nous ne sommes plus seul. peut-être est-ce la beauté de la chose ? vivre quotidiennement au travers des gestes d'autrui. de laisser inconsciemment une place à un inconnu qui ne tient qu'une porte. mademoiselle bellini s'est laissée emporter par ce geste d’inconscience. elle me partageait les moments de sa vie en ne faisant que le geste de passer devant moi. ses traits, ses soupires, ses pas accélérés, les odeurs de ses amants. et ce soir, elle me partage son corps.

ses mains s'approprient sans aucune complexité mon être. la senteur du désire vient se fondre à mes narines, tout comme le goût de sa convoitise qui se mélange à ma langue et se colle à mon palet. je me sens voulu entre ses gestes, tout comme je veux imelda. je veux qu'elle m'appartienne, mais elle n'aura aucune obligation de rester, elle pourra voler avec sa jeunesse.

- votre beauté est un idéal, imelda.

quittant la hauteur de ses yeux pour m'agenouiller à ses pieds, comme veut le rôle de serviteur. comme le veut la déesse de la beauté. j'ose prendre son mollet pour le déposer contre mon épaule. berçant de mes doigts l'os de son bassin, mes lèvres viennent consumer le tendre sexe de mademoiselle bellini. peut-être perdrons nous équilibre ensemble, peut-être me perdrais-je en elle ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Imelda Bellini

▸ MESSAGES : 22
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Mar 2 Mai - 1:44

nous mettons notre âme à nue au même rythme que nos vêtements disparaissent de sur notre corps attisé par le désir et la passion. il y a quelque chose de très personnel dans ces gestes, quelques chose de très vrai. nous dévoilons ce que nous sommes, nous laissons tomber les armures, les masques, les carapaces. il n'y a que notre peau, notre chair brûlante et nos yeux semblant ne vouloir perdre aucun détail de l'autre. ils scrutent à la recherche de la moindre cicatrice, du moindre passage du temps. ils recherchent le beau dans les imperfections et je crois qu'ils aiment ce qu'ils voient. nos yeux dévorent, comme les braises qui créent des feux de forêts.

- vous êtes un poète.

et les mots qu'il laisse s'envoler de sa bouche se heurtent à mon bas-ventre alors qu'il a recroquevillé son corps en face de moi. la jambe contre son épaule, je sens son souffle embrasser ma peau froide, puis ses lèvres goûter à mon sexe. il créer des poèmes contre mon intimité et mes yeux se ferment alors que mes mains vont se glisser avec tendresse dans ses cheveux sel et poivre. le rythme langoureux de ces baisers me détend, me fait oublier ces pensées fantômes qui trottaient dans ma tête depuis le début de cette journée. parfois, je vais bouger mon bassin lentement, pour appuyer les tendresses qu'il m'offre. ma bouche échappe de légers soupires qui se transforment en gémissements.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Jean-Baptiste Liesse

▸ MESSAGES : 21
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Mer 3 Mai - 1:06

il n'y a pas d'âmes simples, comme je ne suis pas un poète. il y a une beauté dans la complexité des choses qui n'est pas explicable. car ce qui est simple devient un ennuie. peut être que la vie serait sans valeur si l'homme n'était pas humain. dans un toucher qui s'apparente à la texture du satin, ma main s'empresse d'empoigner l'une de ses fesses pour maintenir imelda en place. la garder en équilibre alors que ses lèvres forment un poème composer d'une musique. ce n'est que sérénité de s'approcher de l'art de la femme. mes doigts se mêlent aux siens, ressentant la rudesse de ma chevelure que l'on peut comparer à un ciel gris lors d'une journée d'orage. la joie que m'apporte ses gémissements ne durent qu'à peine quelques minutes de plus, au moment où je quitte son sexe pour n'être que debout. me consacrer à ses lèvres est une envie inépuisable. imelda est une envie inépuisable.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Imelda Bellini

▸ MESSAGES : 22
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Sam 6 Mai - 2:44

de sa grande main chaude, jean-baptiste m'offre un appui de plus à la réalité. il me permet de m'accrocher sur terre un peu plus longtemps alors que ma tête a pourtant envie de s'envoler si haut dans les airs. son autre main rejoint la mienne et je relâche lentement mon emprise sur ses cheveux pour glisser mes doigts entre les siens. ma jambe retrouve le sol après quelques minutes et son être retrouve le mien pour que nos lèvres s'unissent dans un baiser au goût d'envie. j'inspire sa passion pour qu'elle se fonde dans la mienne. nous sommes deux êtres humains imparfaits créant un moment parfait. mes lèvres se glissent contre sa mâchoire, son cou, sa clavicule droite, puis contre son torse. je l'observe, laissant ma main glisser contre son bas-ventre avec la douceur d'un vent chaud une nuit d'été. ma bouche remonte au coin de ses lèvres et en chuchotant, je demande.

- je peux ?

mes doigts descendent un peu plus bas, ils frôlent cet endroit avec délicatesse. j'attend la réponse avant de faire quoi que ce soit. il faut respecter le désir de l'autre. respecter le rythme. je noue nos lèvres à nouveau ensemble. des artistes, nous deviendrons. des poètes.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Jean-Baptiste Liesse

▸ MESSAGES : 21
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Dim 7 Mai - 2:37

ses lèvres désireuses se collent à mon pouls. le bruit naturel du calme, celui que je tente de m'imprégner lorsque l'esprit est tempête et que le corps est orage. dans ces journées où tout peut paraître confus et que l'on se perd, la corde au cou. les mains d'imelda ont connu la fragilité, elles le démontrent lorsqu'elles se scellent à mon ventre, à ma respiration. ses cheveux entre mes doigts, l'odeur de son parfum me ramène à ma france. celui d'une averse dans les champs de la campagne, la fraîcheur d'un temps nouveau, la nostalgie d'une vie qui s'écourte peu à peu. manipuler sa chevelure est le souvenir de l'herbe haute entre mes doigts.

- oui. oui vous le pouvez.

ce n'est que normal de s'incliner au besoin d'ébranler l'intimité d'autrui. d'effleurer la vie d'autrui par des gestes aussi personnel. mon sexe ne se souvient plus de ces sensations, de toucher l'âme, la douceur d'une femme. de goûter au plaisir de se savoir voulu.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Imelda Bellini

▸ MESSAGES : 22
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Dim 7 Mai - 14:11

dehors, la nuit s'éveille au même rythme que la passion dans cette chambre avec vue sur la ville. l'air frais de la noirceur tempère nos corps chauds et ce contraste me fait frissonner. mes doigts ne cessent de glisser avec tendresse sur le bas-ventre de jean-baptiste, attendant la réponse à ma question. il me fait penser à l'été de mes seize ans, celle où j'étais en france dans la maison de vacances de mes grands-parents. les mêmes papillons dans le ventre face à la beauté du moment. d'entres ses lèvres s'échappe l'accord dont j'attendais. sur mon visage, un sourire se dessine. doux comme le vent. couvrant ses lèvres de longs baisers, je fais donc baisser ma main jusqu'à son sexe que je caresse délicatement. voir son torse monter et descendre sous sa respiration s'accélérant me captive et j'essaie de capter son regard quelques fois, pour voir si ce que je fais lui plait. mes doigts se referment finalement contre son membre et mes lèvres descendent le long de son être jusqu'à me retrouver les genoux au sol. je le regarde dans toute sa grandeur et mes baisers s'écrasent contre ses cuisses sans que mes langoureux mouvements de main ne cessent.

- merci.

merci de me donner cette permission. de me permettre cette proximité, ce moment plus qu'intime.
mes prunelles se posent dans les siennes et je finis par goûter à son membre sans presser les choses. avec la lenteur et la précision des artistes.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Jean-Baptiste Liesse

▸ MESSAGES : 21
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Sam 13 Mai - 1:06

les gens se doivent de parler dans la discrétion, car ils ne voient dans la sexualité que de la vulgarité.  ils n'apportent guère d'importance à l'aspect du respect, à la somptuosité d'un corps mis à nu, à la fragilité d'une âme. des chuchotements dans les vents, des joues saupoudrer de rougeurs, des aveux au creux d'une oreille et un gloussement s'échappe. sans la parole, nous nous croyons abandonnés par les autres. l'approbation est une sensation de réconfort. imelda me transporte dans ce réconfort au travers de ces gestes. dans la distinction de ses mouvements, l'élégance de ses lèvres qui ne peuvent éviter la moindre veine, un sautillement de peau. de savoir que ses pensées ne s'emparent que de mon visage. que de mon être. à cet instant, il n'existe que moi. je vis de part son regard, de ses prunelles, de sa bouche qui s'approprie mon sexe. un souffle court, une main qui échappe quelques mèches entre ses doigts.

- imelda ...

la gêne inexistante me laisse poser mes prunelles dans les siennes. entre les bruits de sa rome qui se laisse emporter dans la nuit, mes gémissements s'accaparent la symphonie de la pièce. mademoiselle bellini s'est prêtée au jeu de l'intimité au travers de ses autres amants. je me tiens à leur place, le même droit qu'eux, le même rang. et dans un élan, je lui tends la main pour accueillir la sienne. à ma hauteur, à mon égal, et la captiver pour la faire monter contre mon être.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Imelda Bellini

▸ MESSAGES : 22
▸ HERE SINCE : 16/04/2017

MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   Dim 28 Mai - 2:15

il y a des gens qui ressentent un si grand malaise lorsque plus un mot n'est prononcé. ils ont besoin de parler, d'élever la voix, de briser le silence pourtant si harmonieux de la vie. dans notre moment d'amour, il n'y a que les soupires de jean-baptiste et les murmures de rome la magnifique qui viennent caresser le silence de la pièce. il n'y a que ce désir qui résonne entre les murs de la chambre. nos regards se croisent, celui de jean capture le mien et ils ne se quittent plus alors que ma bouche offre un amour pur à son corps frissonnant. je sens sa main chercher la mienne et mon être se retrouve à nouveau contre lui, debout. il se pose sur le rebord du lit et il me guide de ses mains pour me placer convenablement sur lui. mes doigts se nouent ensemble derrière sa nuque chaude et mes lèvres vont chercher les siennes pour une nouvelle danse d'émotions.

- vous êtes brûlant...

brûlant de désir est sa peau qui se heurte à la mienne, plus froide, mais tout aussi désireuse de lui qu'il l'est de moi. de mon regard, je questionne. est-il prêt ? il hoche la tête et j'embrasse son menton. il me coupe le souffle, il me subjugue. mon bassin se redresse pour le sentir glisser en moi. ma bouche s'ouvre, un soupire de complaisance s'y échappe. toujours les yeux dans les siens.
mon souffle chaud contre sa joue, mes bras de lovant contre son cou.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: HONEYPOT (JEAMELDA)   

Revenir en haut Aller en bas
 

HONEYPOT (JEAMELDA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOST IN THE LIGHT :: rome-